Les stats de BobMange.ca (en anglais)

The WordPress.com stats helper monkeys prepared a 2013 annual report for this blog.

Here’s an excerpt:

A New York City subway train holds 1,200 people. This blog was viewed about 6,300 times in 2013. If it were a NYC subway train, it would take about 5 trips to carry that many people.

Click here to see the complete report.

Advertisements

Les nez à flot

C’est la saison de la grippe et si vous avez des enfants en garderie, vous devez faire face à un flot de petits nez. Depuis longtemps, nous faisons notre propre solution saline, suivant cette excellente recette : mettre 2.5 ml (une demi cuillerée à thé) dans une tasse d’eau bouillie et refroidie. Utiliser un compte goute pour mettre 1 ml dans une petite narine.

J’aime aussi le jeu pour apprendre à un enfant à se moucher… en poussant une ouate sur une table avec son nez avec la bouche fermée.

Sur les ailes de mon portefeuilles

J’ai déjà parlé de portefeuilles il y a quelques temps, mais là, j’ai un gros problème !

20131210-092430.jpg

Le truc, c’est que j’aime écrire. L’inspiration m’attrape un peut partout, en attendant le train, en marchant, à l’épicerie, dans la douche…

Je me suis donc équipé d’un calepin style « reporter » au papier quadrillé de Moleskine (car je le trouve plus pratique pour écrire debout, il tient bien dans une seule main) ainsi que du meilleur stylo de l’univers, le Bullet «space pen» de Fisher, celui que les astronautes ont utilisé dans l’espace. Il peut écrire jusqu’à -40 Celsius, dans l’eau et sur pas mal toutes les surfaces. Le tout, à ma papeterie préférée, Nota Bene à Montréal. D’ailleurs, ils en ont parlé hier dans Le Devoir.

Étant un gars, je ne me suis par arrêté là, bien sûr. Il y avait sûrement moyen d’optimiser et maximiser mon expérience, j’ai dont ajouter quelques éléments «essentiels» à mon ensemble. Le résultat est l’horrible chose obèse ci-haut, dont voici le contenu:

20131210-092441.jpg
(Contenu, d’en haut à gauche, vers le bas à droite:
– Encore dans la poche: Un collet à petit gibier et une carte de mon territoire de chasse
– Sur la poche : 4 trombones et un passage pour le pont de la Rivière-au-Rats pour se rendre à ma pourvoirie préférée
– Un sac ziploc pour protéger des cartes d’affaires mais aussi pour glisser le carnet lorsque je suis dans le bois
– Un multi-outil Leatherman PS4 Squirt (j’aurais dû choisir le Juice CS4 à la place, mais j’avais peur qu’il soit trop gros)
– Un couteau pliable CRKT KISS à lame en dents de scie
– Le bullet space pen dans un bracelet en caoutchouc « angry birds »
– Un kit de survie dans une poche en plastique. La vis est pour ouvrir des bouteilles de vin car le Leatherman n’a pas de tire-bouchon (d’où l’intérêt, en rétrospect, du Juice CS4)
– Un Zippo Slim

Vu que ça n’avait pas trop d’allure mon affaire, je me suis mis à la recherche d’un étui ou d’un portefeuilles parfait pour remplacer ou appuyer mon Moleskine et style Fisher.

Premier arrêt : Le «Architect’s Wallet» de form-function-form
architect-wallet_2012-10_03
Portefeuilles minimaliste qui incorpore un Fisher Bullet et un minicahier Moleskine. Mais, un des commentaires mentionne que ledit cahier n’est pas très robuste et se déchire rapidement avec l’usure.

Une autre option provient d’Etsy, le marché des artisans du Web, le Parc Sloper de de la boutique OneStarLeatherGoods. L’amélioration consiste au rabat en cuir sur le mini cahier Moleskine mais le stylo est le plus petit «clandestin» de Fisher. Un peu cher et probablement pas adapté à mon Fisher Bullet.
onestarleather

Sur Etsy aussi, il y a encore Just Wanderlust qui offre «Ordre du jour», qui permet d’ajouter le cahier reporter de Moleskine.

Ou encore, il y a les étuis en cuir pour mon carnet Moleskine Reporter (que j’aime vraiment beaucoup). Comme chez Renaissance Art (sans étui pour crayon).

Il faut dire que je suis probablement assez zélé pour trouver un maroquinier local (ou ceux sur Etsy) pour concevoir une solution qui me convienne parfaitement !

Finalement, j’ai décidé de créer un kit séparé avec mes «essentiels» de chasse / plein-air. La cure minceur a fait que mon Moleskine retrouve sa taille de jeunesse Mais le problème est que mon style risque de tomber du carnet si je le laisse simplement dans la poche. Alors, j’ai laissé le sac ziploc plié et j’insère le style dedans. Ce n’est pas exactement digne de James Bond, mais ça fonctionne…

Biscuits de Noël

L’opération est digne d’une intervention militaire. Les enfants dans le salon à jouer et les adultes dans la cuisine à faire des biscuits. Sir la table entre les deux, des livres anciens qui contiennent les fameuses recettes de famille… Comme quoi Internet n’aime pas les secrets, voici :

20131207-143627.jpg

20131207-143637.jpg
(Ok, la dernière recette est pour un gâteau au pain d’épice…)

Jouer avec le feu : 3 hobbies pour les enflammés

Sans feu, il n’y a pas vie. Et pour les banlieusards en quête de passes-temps excitants, sans feu, il n’y a pas de plaisir. Un jour, je partagerai avec vous les règles officielles de la pétoncle ultime, qui se joue avec du feu, mais en attendant, je vous propose un petit survol de trois hobbies brûlants.
feu
Je rêve secrètement depuis longtemps de travailler le verre. Pas nécessairement de faire des vitraux (comme ces cours du magasin Studio de verre) mais sa version plus embrasé : souffler du verre liquide. J’ai vu une pub d’Espace verre dans Le Devoir il y a longtemps et je regrette de ne pas m’y avoir mis avant d’avoir les enfants… Il y a aussi le programme plus complet en verre du Cégep du vieuxquand j’aurai vraiment du temps.

Du verre on passe au fer : les Forges de Montréal offrent initiations et formations en plus d’un programme plus complet. Pour un aperçu, voir leur site Youtube et cet article de La Presse. Pour trouver d’autres sources, voir la liste des ferronneries artisanales dans La Toile du Québec ou la liste des artisans québécois qui travaillent les métaux (site du Conseil des métiers d’art).

Tiens, je me demande quelle est la règlementation municipale en ce qui concerne l’établissement d’une forge dans mon jardin… peut-être en attenant, voici une troisième option ardente.

Qui dit brûler dit feu mais aussi produits chimiques. Quiconque a vu le film (ou lu le livre!) Fight Club en sait quelque chose. Ainsi, faire son propre savon peut titiller son apothicaire en herbe. À Montréal encore, la Coop Coco propose des formations et produits pour confectionner son propre savon. Malgré mes recherches, leur site ne contient pas la liste des règlements des arènes clandestines de combat à main nues… ça doit être dans l’espace du site pour les membres.

Sérieusement, je viens de m’abonner au blogue Savon populaire, qui a l’air d’être de la même gang que Coop coco… Je rêve de trouver un savon fait local avec des ingrédients du Québec. En fait, j’ai acheté un savon shampoing mystérieux à l’arôme de «cèdre» pour gérer mes odeurs lors de la chasse mais j’aurai préféré quelque chose de plus… sûr. Tiens, un savon ou shampoing de sapin baumier… à ajouter sur ma liste de choses à apprendre à faire avant de mourir.