Incivilités en commun

Vraiment, il y a peu de choses qui m’horripilent. Je suis père d’un enfant en bas âge après tout, j’en ai vu, senti et gouté à quelques cas dégeulasses. Mais le bruit d’un inconnu qui se coupe les ongles dans un transport en commun, ça, pas capable. Il m’arrive parfois d’en entendre un (ou une) passager sans vergogne dans le train… Voici un exemple pris en flagrant délit de toilettage:

Un autre exemple pris aujourd’hui dans le train. Pas assez à l’aise de mettre ses pieds sur le banc en lisant son journal, il faut vraiment qu’il enlève ses souliers…

20120425-195328.jpg

Advertisements

« Walking Dead » de Robert Kirkman

Un ami me recommande fortement la série « Walking Dead » de Robert Kirkman. Zombies dans un univers post apocalyptique. Selon la page Amazon, le début semble suivre le film 28 Days Later. Mais grand bonus, l’intégrale en anglais offre les images en noir et blanc (cliquez sur le lien pour voir les quelques premières pages) : The Walking Dead Book 1 de Robert Kirkman

La traduction chez Delcourt est malheureusement colonisée, ce qui n’est absolument pas la même chose…

Mon ami (un bibliothécaire, quand même) me dit que la série Invincible du même auteur vaut aussi le coup. Mais il les a emprunté à la Grande bibliothèque à Montréal

Éloge du sac à lait!

Au Québec, le lait est distribué en sacs – 3 sacs pour 4 litres (des formats en carton sont disponibles pour 2 litres ou moins). Je récupère maladivement mes sacs à lait pour les réutiliser pour des lunchs ou pour conserver la nourriture.

Par exemple, mon utilisation favorite consiste à faire du maïs soufflé et de remplir des sacs à lait pour la semaine :

20120419-205341.jpg
En plus, les vieilles attaches du lot de sacs à lait permet de fermer les sacs de popcorn. Au fait, pourquoi gardons-nous tous ces attaches?

Le maïs soufflé est fait maison, à partir de grais acheté à l’épicerie et chauffés dans un chaudron dont le fond a été couvert d’huile de canola. Je m’étonne du prix du maïs soufflé au micro-ondes.

Pour le même prix de 10 sacs au micro-ondes, on a un bon sac qui donne 10 fois plus de popcorn! Et il est tellement meilleur au goût, plus ferme et savoureux.

J’ajoute un peu de poudre de chili, un mélange d’épices pour donner du goût (du beurre aussi, mais seulement si j’ai été un bon garçon).

Un peu plus d’effort, pour tellement mieux !

L’ignorance du mouchoir

Des fois, je me demande si notre société ne risque pas de sombrer dans la plus profonde ignorance. On semble perdre des pans complets de connaissance à cause de nos habitudes de consommation.

Un exemple? Le bon vieux razoir. Regardez un vieux western, et le protagoniste se fait la barbe avec une bonne lame probablement aiguisée sur une lanière de cuir. Aujourd’hui, je vous met au défi de mettre la patte sur une « solution de gestion de pilosité faciale » qui n’est pas jetable. On ne serait même pas quoi faire d’une lame…

Autre exemple : les mouchoirs. On en achète à la tonne sous le format jetable, mais j’ai fait le pari des bons vieux mouchoirs lavables.

20120416-220933.jpgMa boîte de mouchoirs

On me dit : « c’est pas dégeu de remettre un mouchoir dans lequel on s’est mouché dans sa poche? »Ce à quoi je répond invariablement par la même question : « as-tu déjà pigé un mouchoir papier jetable tellement plein de ta poche que tu n’arrives pas à l’ouvrir sans le déchirer? » Ça, c’est déguelasse. Entre nos hivers mortels pour les voies respiratoires et les allergies, je préfère le comfort de coton (Petit bémol pour la grippe – si ça sort vert, ça va dans du jetable).

Pour l’entretien, rien de plus facile : un petit tour dans la laveuse avec un brin d’eau de javel et du savon régulier et le tour est joué.

Maintenant, si seulement j’étais assez macho pour me razer à la lame…

Maki déjeuner

Une idée de maki (sushi en rouleau) pour le brunch, au centre: bacon, fromage en crème, jalapeno (cru pour les vrais ou en gelée pour un effet sucré-salé)… Et passé à la friteuse pour le coup fatal!

Excellent site sur les conserves maison

On aime: le site conserves.blogspot.ca
Pourquoi ? Car la passion et l’humour sont au rendez-vous du visiteur sur ce site dédié à la création de conserves maison dont la ligne directrice est «Rien ne sert de pourrir, il faut canner à temps» – en plus, l’auteur est québécois, ce qui aide à arranger les choses (vivement des recettes pour les récoltes d’ici).

Nous y avons recours pour nos sessions intensives de «cannage» et s’assurer que nous sommes sur la bonne voie. En plus, il y a un forum pour discuter : www.conserves-maison.com.

À quand le site d’échange de conserve ? 😉