Escapade à l’auberge Le Baluchon

Profitant de forfaits avantageux entre deux saisons touristiques, on s’est sauvé des enfants et des tracas quotidiens à l’auberge le Baluchon en Mauricie. Gastronomie locale et .coresponsable – on aime ! Voici quelques scènes de ce séjour qui fut, de toute évidence, beaucoup trop court !

Promenade sur chemin lors d'une belle journée de printemps

Vue d'ensemble sur la chapelle, le moulin et la chute à l'auberge Le Baluchon
Détail de la Sang d'encre pour elle et lui de la microbrasserie Le Trou du Diable de Shawinigan
Détail de la Sang d’encre pour elle et lui de la microbrasserie Le Trou du Diable de Shawinigan
Des érables entaillés à l'auberge Le Baluchon en Mauricie au Québec

En passant, on recommande fortement le choix de l’ardoise pour le souper gastronomique – un choix à l’aveugle mais qui vaut le coup. Il faut savoir faire confiance au chef…

Advertisements

Lectures pour un potager

Voici les livres qui nous inspirent pour préparer notre jardin :

20130312-120750.jpg

20130312-120829.jpg

20130312-120909.jpg

20130312-120925.jpg

20130312-120848.jpg
Voir aussi ce livre, actuellement emprunté par quelqu’un à la bibliothèque :

Titre Du jardin à votre table : [culture, transformation, trucs et conseils / Chantale Sergerie, Anne-Louise Villeneuve].
Auteur Sergerie, Chantale. (1)
Éditeur [Saint-Laurent] : Québec loisirs, c2002.
Sujets Horticulture potagère–Québec (Province)
Potagers
Cuisine (Légumes)
Cuisine (Fruits)

Exemplaires:
BIBLIO VAUDREUIL-DORION – Secteur adulte – documentaire français adultes
Cote: 635 S484d

Ode à Rôti

La jalousie, pour moi, sera éternellement l’image de mon beau frère avec son porcelet. Surnommé Rôti, ledit animal a passé de bonne compagnie à bonne… fourchette. Il faut dire qu’il y avait de la place là bas, avec cette pourvoirie scisse sur 110 km2, 18 huskys et 4 chevaux, le nouveau venu a su trouver sa place. Surtout qu’à la fin, il assurait côté volume :

Rôti à son meilleur
Rôti avec mon neveu de 7 ans

Après avoir terminé les restes de tables et autres végétaux variés, ainsi que la belle saison, ce fut le temps de visiter le boucher. Histoire cocasse, il était tellement maigre, ayant été aimé et ayant profité du territoire, que le boucher a dû le faire faisander un peu plus longtemps que les autres cochons avec qui il a affaire. Résultat : plus de 150 lbs (75 kg) de viande, de qui remplir son congélateur !

DSC00122

Très bien comme diète rapprochée (1 mile diet). Merci Rôti, tu me manques déjà !

DSC00123

À chaque famille son cochon – comme à l’époque (voir cet excellent article de Philippe Mollé sur le site du Devoir sur le cochon familial jusqu’au 19e siècle, que l’on « tuait pour l’année »).