Ode à Rôti

La jalousie, pour moi, sera éternellement l’image de mon beau frère avec son porcelet. Surnommé Rôti, ledit animal a passé de bonne compagnie à bonne… fourchette. Il faut dire qu’il y avait de la place là bas, avec cette pourvoirie scisse sur 110 km2, 18 huskys et 4 chevaux, le nouveau venu a su trouver sa place. Surtout qu’à la fin, il assurait côté volume :

Rôti à son meilleur
Rôti avec mon neveu de 7 ans

Après avoir terminé les restes de tables et autres végétaux variés, ainsi que la belle saison, ce fut le temps de visiter le boucher. Histoire cocasse, il était tellement maigre, ayant été aimé et ayant profité du territoire, que le boucher a dû le faire faisander un peu plus longtemps que les autres cochons avec qui il a affaire. Résultat : plus de 150 lbs (75 kg) de viande, de qui remplir son congélateur !

DSC00122

Très bien comme diète rapprochée (1 mile diet). Merci Rôti, tu me manques déjà !

DSC00123

À chaque famille son cochon – comme à l’époque (voir cet excellent article de Philippe Mollé sur le site du Devoir sur le cochon familial jusqu’au 19e siècle, que l’on « tuait pour l’année »).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s