Pour sortir les polars québécois du noir

On dévore des polars. Alors, ce savoureux dossier de Michel Bélair dans les pages du Devoir du 12 janvier dernier (« Polars d’ici ») nous nourrira de lectures bien longtemps ! Il faut dire qu’on s’est gavé de polars scandinaves (voir le dossier du Economist de cette semaine à ce sujet). Ça serait bien de lire des histoires d’ici…

Selon Bélair,

Aujourd’hui, l’incontournable Jean-Jacques Pelletier et ses thrillers apocalyptiques occupent de plus en plus de place dans les rayons des librairies, aux côtés de Chrystine Brouillette, de François Barcelo et de Patrick Sénécal – celui-là même que plusieurs décrivent comme le Stephen King d’ici… Le polar québécois, ce sont eux, d’abord.

Pour aller plus loin, Bélair présente une série d’auteurs et de titres d’ici. D’ailleurs, en voici le sommaire :

20130203-142029.jpg

Finalement, Bélair mentionne un feuilleton de la fin des années 1940 qui durera presque 20 ans :

Rappelons que tout a commencé ici dès la fin de la Seconde Guerre mondiale avec l’agent IXE-13. Peu de gens savent que « les aventures de l’as des espions canadiens » s’échelonnent sur près de 1000 petits fascicules de 32 pages écrits entre 1947 et 1966 par Pierre Saurel, le pseudonyme du père Ovide des Belles histoires des pays d’en haut. Pierre Daignault, de son vrai nom, a aussi pondu des centaines d’épisodes des Aventures policières d’Albert Brien, détective national des Canadiens français. Mais nous sommes déjà bien loin de tout cela.

Il semble qu’un passionné soit en train de numériser ces feuillets, voir le blogue de l’agent IXE-13 pour retrouver ledit intrépide espion national.

Advertisements

4 avis sur « Pour sortir les polars québécois du noir »

  1. Ping : Pour sortir les polars québécois du noir | BobMange.ca « jack & Liz

  2. Ping : Pour sortir les polars québécois du noir | BobMange.ca | jack & Liz

  3. Voir aussi Christine Brouillet:
    -Chère voisine 1982 premier roman
    – Le poissin dans l’eau , 1987, premier de l’héroine Maud Graham
    – La chasse est ouverte, 2013
    C.f. Le Devoir, 1 et 2 juin 2013 page f4 par François Lévesque

  4. Voir aussi Jacques Savoie, Le fils emprunté chez Libre Expression en 2013. Troisième d’une série mettant en vedette Jacques Savoie aux rênes du services des homicides du SPVM.
    C.f. Danielle Laurin dans Le Devoir du 22 & 23 juin, page E8 « Tourner le dos au passé »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s